Les entreprises de traitement des déchets et les zoos ont beaucoup de matières de catégorie 3 (sous-produits animaux) et de fumier. Les matières de catégorie 3 peuvent contenir des résidus de viande et de poisson, ainsi que de petites quantités de plastique. Cela concerne, par exemple, les aliments qui ont passé la date. Cela ne devrait bien sûr pas se retrouver dans la chaîne alimentaire. Par conséquent, aucune matière de catégorie 3 ne peut être utilisée pour nourrir les animaux de la ferme. Protéger la santé humaine, animale et environnementale.

Les larves sont classées dans la catégorie des animaux d’élevage. Cependant, la nourriture naturelle pour les larves est le fumier. Mais ils ne sont pas autorisés à manger du fumier, car ce sont des animaux d’élevage qui sont utilisés pour la production de nourriture ou à d’autres fins d’élevage.

Mais si les larves de la Black Soldier Fly (Hermetia Illucens) sur un matériau de catégorie 3 sont engraissées puis utilisées comme matière première pour les produits biosourcés: tombent-elles alors hors de la définition des animaux d’élevage? Cette définition est notamment conforme au règlement UE 1069/2009, article 3, paragraphe 6, sous a:  » tout animal détenu, engraissé ou élevé par les êtres humains et utilisé pour la production d’aliments, de laine, de fourrure, de plumes, de cuirs et de peaux ou de tout autre produit obtenu à partir des animaux ou à d’autres fins d’élevage »

Si les larves sont engraissées avec un matériau de catégorie 3, une entreprise de traitement des déchets le fait dans le but de les utiliser comme matières premières pour les produits biosourcés, tels que le biodiesel, le bioplastique, les adhésifs, les revêtements et les produits chimiques verts. Ce ne sont pas des fins d’élevage. Et si un zoo décompose le fumier des animaux du zoo avec des larves BSF pour réaliser un attrait éducatif sur la circularité et ainsi économiser sur les coûts d’alimentation (parce que les larves sont nourries aux singes), ce ne sont pas non plus des fins d’élevage. Sont-ils alors en dehors de la définition d’animal d’élevage?

Cela a été communiqué au commissaire européen. En effet, il semble y avoir de la place ici, compte tenu de ses déclarations du 9 août 2018 en réponse aux questions du député européen du VVD, Jan Huitema.

Menu